Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 décembre 2013 3 18 /12 /décembre /2013 19:03

 

Beaucoup d'entre vous me questionnent, alors je vais vous informer!

Je n'ai pas publié un article depuis le 3 novembre. C'était une décision délibérée. Pourquoi?

Nous entrons dans une période préélectorale et le véhicule des mots est plus important qu'en d'autres temps. Il convient de le conduire avec prudence!

Au plan national nous traversons une période très grave. Nous avons le sentiment de ne plus être dirigés, de ne plus avoir de cap, que notre navire a subi des avaries et que le capitaine a égaré la boussole!

Au plan local, la raison s'est éloignée de la sagesse économique et d'un urbanisme réfléchi pour se plier à la volonté d'un affairisme d'agent d'affaires sans scrupules pour qui le seul but est de faire des profits nonobstant les intérêts réels de la ville et de ses habitants. Etant donné que les affairistes présenteront certainement une liste sur la lancée des six dernières années mais qu'en dépit de toute sagesse ils auront  encore des électeurs inconscients ou intéressés, la question est:  peuvent-ils encore tromper les gens pour avoir une majorité?

Dans 183 articles j'ai analysé le pourquoi de la situation de la ville et surtout de son devenir.

Je n'ai jamais été contredit. Aucun personnage politique ne m'a par contre emboîté le pas!

Si 183 articles n'ont pas réussi à informer sainement les électeurs que puis-je faire d'autre?

Ah! Oui je sais! J'écrirai des articles d'humour parce qu'il faut rire pour sécher les larmes!

Partager cet article
Repost0
23 octobre 2013 3 23 /10 /octobre /2013 16:04

              Le bateau ivre

Rimbaud rejoint en septembre 1871 Louis Aragon avec ce long poème" Le bateau ivre" qu'il va réciter au cénacle parnassien.

Pourtant, écrira Louis Aragon, admirer le "Bateau ivre" est un signe de vulgarité de l'esprit.

Pourquoi subitement ai-je pensé à ce poème?

C'est une association d'idée: Je pensais à la France.

Et je me posais la question: un bateau peut-il être ivre?

Ou son capitaine serait-il abandonné par le sens commun?

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2013 1 14 /10 /octobre /2013 10:17

La politique et la crise

Nous traversons une période de crise économique qui n'en finit pas, c'est une vérité première qui explique le désarroi des Français surtout parce qu'ils ne savent pas l'analyser, cherchent des responsables et surtout des hommes capables d'imaginer des solutions efficaces et capables de les mettre en oeuvre d'urgence.

Cette situation qui perdure bouscule leurs convictions politiques.

Les solutions proposées par la droite sont incomplètes mais amendables, les solutions de la gauche totalement inadaptées, et plus à droite il y a un déficit d'idées. De tout cela la démonstration est faite.

Les discours ne sont ni crédibles ni opérants c'est pourquoi les citoyens dérivent politiquement. On peut comprendre qu'ils soient dans un désarroi profond.

Ils me font penser à des marins sur une embarcation en pleine dérive qui écoutent la voix attirante d'une sirène et qui se dirigent d'où vient la mélodie charmeuse sans se soucier des écueils invisibles dans la brume mais qui sont pourtant présents sur les cartes marines.

Il est évident que la crise a démarré aux Etats Unis et s'est propagée dans le monde entier en raison de leur dominance financière.

Nous n'avons pas su réagir immédiatement ce qui a abouti à l'affaiblissement de notre capacité industrielle, engendré un chômage inouï et notre déconfiture financière.

Notre déconfiture financière nous permet néanmoins de comprendre que nous avons une surcharge pondérale qui est liée à un état obèse qu'il faut nourrir grassement en prélevant sur les forces vives de la nation au détriment de la vigueur de notre économie.

Mais comprendre n'est pas agir.

Et le gouvernement refuse de comprendre et admettre les seules solutions évidentes de relance parce qu'elles sont en contradiction avec le credo économique de sa clientèle sur lequel est fondée sa politique. Alors on continue de dériver.

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2013 4 10 /10 /octobre /2013 19:46

La recherche de la solution

La gestion de François Hollande ayant déçu une grande partie de la population, il en résulte des glissements d'opinion.

A gauche on constate des glissements sur la gauche, vers le centre et même pour les plus en colère vers la droite de la droite.

A droite il y a un glissement vers le centre et vers la droite de la droite pour ceux qui sont très en colère ce qui explique la démarche de François Fillon.

Quant à la droite de la droite elle bénéficie de toutes ces colères.

C'est bien entendu le résultat de l'exécution de la politique de François Hollande, considérée comme une politique de facilité qui selon l'opinion défavoriserait les classes moyennes sans apporter une amélioration au sort des salariés, au contraire, en raison des augmentations drastiques des impôts.

Les chômeurs n'ont pas trouvé une amélioration de leur sort et les classes favorisées s'échappent quand elles le peuvent.

On constate une colère qui monte dans l'opinion en raison de l'accroissement du chômage et c'est pourquoi il y a, par réaction, ces déplacements importants en direction de la droite de la droite.

Il s'agit donc d'un malaise latent.

Alors quoi faire pour sortir de ce malaise?

Il devient évident de penser que la seule solution durable est la ré-industrialisation de notre territoire à terme court et la création de deux cents mille emplois productifs industriels et artisanaux. Il convient en outre de rétablir nos capacités d'exporter par la révision de notre système fiscal.

La première question est : Qui en est conscient ?

La deuxième : Qui peut le faire ?

C'est au peuple qu'il appartient de répondre en connaissance de cause.

 

 

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2013 4 03 /10 /octobre /2013 13:14

Je viens d'entendre le discours de  François Hollande.

Rien ne change: des mots, des mots, encore des mots, toujours des mots, rien que des mots...

Et ces mots masquent une évidence: Nous sommes affublés d'un état pléthorique qui se dévore lui-même, n'accepte pas de se réformer et de maigrir et se régénère en prélevant toujours plus sur les ressources du peuple qui s'étiole...

La royauté ne faisait pas autrement et elle en est morte...

Il demande au peuple de France de se rassembler mais pour cela il faut un rassembleur qui démontre que l'important c'est lui, le peuple et qu'il bénéficiera d'un rassemblement et pas l'appareil.

L'appareil engraisse mais le peuple a faim...

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2013 1 30 /09 /septembre /2013 16:54

Soyons clairs. Les Roms sillonnent l'Europe et s'installent pour un temps sur un site  qui les intéresse et qui leur permet, selon leurs habitudes, de trouver un moyen de subsistance parfois marginal.

Il est évident que souvent ils dérangent et qu'ils apportent, c'est incontestable, des nuisances à  une population installée et organisée en bousculant les coutumes et le droit.

Quel que soit le traitement qu'ils reçoivent, il ne peut rien régler parce que selon leur gré, et la conception de leur liberté, ils s'éloignent tout simplement d'un endroit pour s'installer dans un autre où ils ne se fixeront que pour un temps aléatoire. Les régions et les nations se renvoient la balle et rien n'est jamais réglé.

La solution n'est donc pas au niveau d'un état mais au niveau de tous les états, c'est à dire l'Europe. 

Il s'agit d'une société européenne sans attache véritable, migrante à travers les Etats européens qui ne peuvent pas l'accueillir sans accepter des nuisances sans solutions qui dérangent gravement la société autochtone.

Cela revient à dire que c'est bien un problème qui est du ressort de l'Europe.

C'est à l'Europe, en qualité de synthèse des nations, de trouver d'urgence une solution pour la sauvegarde de cette société humaine qui a droit à des conditions de vie normales sans déranger la normalité de la vie des autres.

Qui va demander la solution au niveau européen et insister pour obtenir une solution rapide acceptable par tous? Y compris par les Roms eux-mêmes?

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2013 7 29 /09 /septembre /2013 14:26

               Ou l'imbécillité des sectaires

 Ils tuent la liberté du travail. Ils tuent la liberté individuelle. Ils tuent l'initiative. Ils tuent l'amélioration des conditions de vie. Ils tuent la liberté de travailler. Ils tuent la liberté d'acheter. Ils tuent la liberté de vendre. Ils tuent des ressources d'étudiants.

Pourquoi?

Pour satisfaire des pulsions sectaires et des haines viscérales dont ils ne sont même pas conscients!

Nous ne sommes pas encore en URSF!

Dimanche, j'irai spécialement à Paris pour acheter quelque chose dont je n'ai pas besoin afin d'affirmer ma liberté pour laquelle j'ai combattu!

Partager cet article
Repost0
27 septembre 2013 5 27 /09 /septembre /2013 15:04

Vous disiez mon Général?

Hollande, Vals, Duflot, Florange, la Syrie, les impôts et les non-économies, les inversions de courbes sinueuses, les querelles de personnes en charge, l'absence d'arbitrages, l'impassibilité du chef du gouvernement, l'absence d'objectifs crédibles, les priorités biaisées, les coups de pub du président éffacés par les querelles des ministres, cacophonie, incohérence et brouillard. Je connais quelqu'un qui dirait: c'est la chienlit...

Mais il n'est plus là pour nous en sortir!

Partager cet article
Repost0
27 septembre 2013 5 27 /09 /septembre /2013 10:22

La gestion de l'économie

Dans la modernité des temps, un pays, une nation sont grands ou deviennent grands par l'intelligence et le dynamisme de leur économie.

Si une nation dilapide les résultats, ou même dilapide les résultats avant qu'ils soient constitués, cette nation quittera la scène économique et politique et se condamnera elle-même à la médiocrité et peut être à la misère.

Construire et surtout entretenir une économie forte est dans les temps modernes le seul moyen d'obtenir la puissance et le respect pour une nation, et assurer la pérennité et la quiétude de sa population.

Cela demande toujours des sacrifices avant d'en récolter les fruits qui doivent être réinvestis en partie pour poursuivre les progrès qui sont indispensables afin d'assurer la pérennité et la liberté.

Les nations, qui ne recherchent que les jouissances totales et immédiates sombrent dans la décadence.

Relisons l'histoire dans laquelle il y a des exemples multiples parfois récents.

Et demandons-nous: Où en est la France?

C'est la question fondamentale! Avant d'imaginer une politique qui réponde au bilan.

La faire adopter est une autre question.

 

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 10:19

Une analyse sans prétention...

 Une analyse politique sommaire permet de constater que l'UMP est tirée à la fois vers le centre et la droite de la droite. Jean Louis Borloo a repris le Centre a son compte  et François Fillon veut traiter le problème à droite à sa manière.

A gauche c'est facile. A droite, la gestion sans imagination de François Hollande renforce les extrêmes et un problème se pose pour l'UMP  qui doit démontrer qu'elle a des solutions pour équilibrer la situation économique sans recourir à des impôts supplémentaires.

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Malesherbes-union
  • : Ce blog a été créé par un résistant authentique qui réfléchit sur les problèmes actuels et travaille pour améliorer la gestion locale et faire avancer les idées sur les questions économiques générales.
  • Contact

Recherche

Liens