Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 septembre 2012 5 07 /09 /septembre /2012 14:03

Salut les gars! Ecoute, écoute! La dette, la dette? Tout le monde parle de nos 2.000 milliards de dettes dont le gouvernement serait responsable! Il est peut être responsable mais pas tout seul! Et ce n'est pas d'aujourd'hui cela a commencé en 1980! Non il n'est pas tout seul! Cela commence aux petits niveaux. Les emprunts faits par les communes font partie de la dette! Tenez prenons un exemple, combien la commune a t-elle emprunté pour faire construire une nouvelle station d'épuration qui s'enfonce dans la vase? Combien a t-elle emprunté pour payer la réparation de l'enfoncement de la dalle de 70cm (pourtant sur pilotis) qui est la base de la construction et dont le poids considérable est incompatible en l'état sur un sol de marais? La solution acceptée étant de doubler l'épaisseur de la dalle dont le poids a déjà causé l'enfoncement de 70 cm pourquoi la station ne continuerait pas de s'enfoncer avec un poids doublé?? Cette réparation est comparable en tous points avec l'application d'un emplâtre sur une jambe de bois... et la station continuera de s'enfoncer dans la vase. (Dans le même cas d'autres responsables, ailleurs, ont décidé de refuser le travail et font démolir!)

Et combien empruntera-t-elle pour refaire à ses frais, plus tôt que prévu le produit hors qualité d'une société pourtant responsable de la qualité du travail livré et qui devrait être assurée à cet effet. Quelle sorte de politique il y a-t-il derrière tout cela? La politique de Gribouille? Mais le plus grave c'est que ce genre de politique se transforme en pertes dans le bilan final national et se retrouve dans la dette globale. C'est comme cela que l'argent s'évapore!

Et c'est comme cela, sous la pression politique, qu'on fait de la mauvaise gestion et qu'on accroît la dette et même les impôts, quoi qu'on en dise! Allez sers-moi un café! 

Repost 0
Published by Robin Desbois - dans La station d'épuration
commenter cet article
31 juillet 2012 2 31 /07 /juillet /2012 20:04

Méréville

              La station d'épuration toujours d'actualité.

Le dossier de la station d'épuration est toujours au coeur des préoccupations des élus mérévillois. Louis Auroux, le maire, avait finalement bien évalué le déroulement probable des opérations sur ce dossier en annonçant, dès avril 2011 "nous sommes sans doute partis pour deux ans de procédure".

En effet, la mise hors d'usage de ce qui devait être la nouvelle station d'épuration est loin d'être résolue. Pour mémoire, à huit jours de sa mise en eau et, fort heureusement avant la démolition de l'ancienne station, un sérieux problème avait été décelé au niveau des fondations, ayant pour conséquence de déséquilibrer les deux bassins concentriques. Ces derniers se sont séparés, entraînant abaissement et fissure.

Plus d'un an plus tard, c'est toujours l'ancienne station qui est en service. Une remise aux normes concernant les rejets a été rendue nécessaire via un système de compostage. "Des expertises sont toujours en cours pour définir les responsabilités des entreprises. Un jugement a été rendu. Il y a eu un recours et un appel rejeté en juin. Ce n'est pas encore terminé" explique Louis Auroux.

Dépôt d'un nouveau permis de construire.

Mais les élus sont obligés d'anticiper. Ce qui est sûr, c'est que la station, hors d'usage, sera démolie. Le permis de démolition a d'ailleurs été accepté. " Les travaux pourraient avoir lieu en septembre en même temps que de nouvelles expertises." Un nouveau permis de construire a, d'ores et déjà, été déposé pour la construction d'une seconde nouvelle station d'épuration.

Voilà un Maire clairvoyant, énergique qui veille sur les intérêts fondamentaux de sa commune et témoigne d'intelligence de volonté et de persévérance.

 

Commentaires:

                            Malesherbes.

Nous avons appris que la station d'épuration en construction à Malesherbes avait connu un problème de même ordre, aucun renseignement n'a été fourni à la population sauf que la dalle sur laquelle est fondée la station  s'était enfoncée dans le sol du marais de 70 centimètres et que pour y remédier le constructeur avait proposé de couler par-dessus la première dalle une nouvelle dalle supplémentaire de 70 centimètres pour un coût augmenté de 350.000 euros.

Monsieur le Maire est-il disposé à le payer?

Cette solution qui doublait le poids sur un sol de marais inconsistant, mais pas la surface ni le pilotage qui est manifestement insuffisant, paraissait surprenante. Depuis nous ignorons la suite de cette affaire. Des réserves ont-elles été prises, des enquêtes diligentées, quelles sont les conclusions, la réparation est-elle fiable, est- elle vraiment à la charge de la ville? Des réserves juridiques ont-elles été prises?

Beaucoup de questions se posent qui demandent la même clairvoyance et la même détermination que celles de Monsieur le Maire de Méréville.

Nous attendons un compte rendu exhaustif ? Et des enquêtes de fiabilité avant toute réception des travaux et du paiement, ainsi que des mesures de droit concernant la pérennité de l'ensemble et des garanties. Un compte rendu précis et complet en raison des précédents est indispensable, les citoyens doivent savoir.

Nous savons tous que les ronds points et les stations d'épuration ont une mauvaise réputation politique mais il ne faut pas généraliser.

 

 

Repost 0
Published by Robin Desbois - dans La station d'épuration
commenter cet article
25 mai 2011 3 25 /05 /mai /2011 19:16

Notastation-mereville.jpg

Nota bene:Le Maire de Méréville est dans son rôle en entamant une procédure.

Repost 0
Published by Robin Desbois - dans La station d'épuration
commenter cet article
11 mai 2011 3 11 /05 /mai /2011 18:58

Je n'ai pas écrit " Déclarations dilatoires". Mais j'ai le droit de le penser très fortement! Je cite une déclaration du maire parue sur la République du centre du Mercredi 11 mai.

Question: Ou en êtes vous dans les travaux de la station d'épuration?

Réponse: "Ce dossier ça fait plus de vingt ans qu'on en entendait parler. Le chantier a commencé en 2009. Il a pris du retard, mais la station est pratiquement finie. Et je peux rassurer la population. Contrairement à ce que certains disent, la station n'a pas baissé de 70 centimètres. Depuis 2008, nous avons aussi dû effectuer une grosse remise en état du réseau. On ne l'avait pas spécialement prévu."

Je pense que l'allusion" Contrairement à ce que certains disent" me concerne. Alors voici ce que j'ai écrit entre autres je me cite:

 

La station d'épuration…Il faut une enquête contradictoire

Nous avons appris en trois lignes sans suites et sans explications que, je cite "la station d'épuration en construction sur le marais avait rencontré un problème de portance au sol, et que la dalle de 70cm devait être doublée et portée à 1mètre 40". (A ce sujet comment un sol qui ne pouvait pas porter 70 cm pourra t-il porter 1m40 ? (Bizarre ! Pour résoudre les problèmes de portance on n'augmente pas l'épaisseur mais la surface!)

D’où un coût supplémentaire de 290.170 euros. C'est sérieux! C'est le prix de deux maisons!

Ces explications trop succinctes ne sont ni suffisantes ni convaincantes surtout quand on pense à d'autres réalisations projetées sur le marais et qu'on voit de l'autre côté de la rivière un silo qui penche et une maison enfoncée dans la boue.

Nous devons exiger une enquête pour éclaircir les causes de cette grave malfaçon et les responsabilités professionnelles et financières. Elle devra en outre garantir la pérennité finale de l'ouvrage.

Voici les questions non exhaustives à poser par une expertise contradictoire :

1-Qui a fait les études préalables ?

2-Quelles sont les conclusions de ces études ?

3-L'entreprise qui a réalisé les travaux a-t-elle respecté les conclusions des études ?

4-Quelle est la raison précise du déficit de portance ?

5-Les matériaux employés pour assurer la portance étaient-ils adaptés ?

6-Qui a imposé la nature et le choix des matériaux ?

7-Les études du sol ont-elles été mal faites ? Il s'agit d'un sol alluvionnaire.

8-A t-on ou non contracté des assurances ?

9-Qui doit payer les 290.000 euros ?

10-Quels sont les responsables légaux ?

11-Le Maire a-t-il pris des garanties suffisantes ?

12-Lesquelles ?

13-Qui est compétent pour juger les faits, déterminer les responsabilités et calculer les dommages?

 14-Conclusion: Les pilotis de 9 mètres seulement sont-ils trop courts?

 

Alors Monsieur le maire, si la station ne s'est pas enfoncée qu'a-t-elle fait quand elle a rencontré des problèmes de portance au sol? Ce n'est pas assez détaillé! Nous sommes capables de comprendre une étude exhaustive! Il conviendrait que vous nous la fournissiez puisque pour le moment il semblerait que vous allez nous présenter la note pour payer les fautes du maître d'œuvre et des donneurs d'ordre!

 P.S. Cette mise au point a été faxée à la République du Centre le 11Mai 2011 mais étant donné la censure dont je suis l'objet il y a des fortes raisons pour qu'elle ne paraisse pas! 

 

 

Repost 0
Published by Robin Desbois - dans La station d'épuration
commenter cet article
19 janvier 2011 3 19 /01 /janvier /2011 14:43

Six mois de délais supplémentaires pour l'exécution des travaux et 300.000 Euros de coûts supplémentaires induits en raison d'études préliminaires bâclées que personne n'a contrôlées.

Qui va payer ?

Qui était chargé de vérifier le marché et sa bonne exécution ?

Peut-on se contenter de cette simple déclaration ? : Nous avons rencontré en cours d'exécution un problème de portance au sol ? Cela se calcule sérieusement avant le lancement des travaux et pas après !

Et comment peut-on proposer la solution de doublement de l'épaisseur de la dalle de 70 centimètres à un mètre quarante accepté sans une étude approfondie malgré le doublement de la charge sur un sol qui manque de résistance ? Alors que ce genre de problèmes se règle logiquement non pas par le poids mais par l'augmentation de la surface portante ? Ou par un pilotage de pieux plus profonds et plus nombreux ? Alors qu'on devrait être alerté par la proximité d'un silo et d'une maison qui ont subi les mêmes dommages ?

L'explication qui nous est fournie est beaucoup trop laconique !

Il est nécessaire qu'une étude technique détaillée et vérifiable nous soit fournie puisqu'on nous demande de payer 300.000 Euros cela vaut bien un peu de franchise !

Nous devons connaître :

1-La nature du sol

2-A quel niveau se situe la véritable assise dure ?

3-Des pilotis de 9 mètres sont-ils suffisants ?

4-Quels étaient les matériaux adaptés ?

5-Quand le problème a t-il été découvert ?

6-Quelles mesures ont été prises immédiatement ?

7-Si doubler l'épaisseur de la dalle est une mauvaise solution y en a-t-il une autre ?

8-Qui garantira la pérennité du bricolage ?

Comme d'habitude on nous prend pour des demeurés pour qui il suffit de quelques paroles spécieuses pour les leurrer. Nous ne sommes pas en Afrique. Cela a marché mais cela ne marche plus. On veut tout savoir. On veut tous les détails. Nous connaissons la puissance du lobby concerné mais la désinformation a des limites !

Repost 0
Published by Robin Desbois - dans La station d'épuration
commenter cet article
18 décembre 2010 6 18 /12 /décembre /2010 12:49

La nouvelle station d'épuration est construite sur la zone marécageuse inondable. Sa construction nécessitait donc le pilotage profond de pieux d'une longueur suffisante.

Selon les dires de Monsieur le Maire les pilotis qui ont été pilotés ont une longueur de 9 mètres. La station connaît en cours de construction un problème de portance au sol.

Quand on prend connaissance des études de sols qui ont été effectuées depuis plusieurs décennies on peut se poser la question: Une longueur de 9 mètres des pilotis était elle suffisante pour trouver une assise vraiment dure? On peut en douter? D'autant plus qu'aucune explication n'a été fournie.

Alors je demande qu'une enquête sincère soit conduite publiquement par un organisme vraiment indépendant et s'il s'avère que le pilotage des pieux est responsable de cette insuffisance de portance au sol ce n'est pas à la ville de payer les 300.000 euros de supplément des travaux.

Les responsabilités doivent être cherchées ailleurs!

Cela me fait penser au lotissement du marais dont on a fait la propagande avant toute étude fiable et sincère de précaution!

Et cela nous ramène aux maisons lézardées de LAVAUR et d'ailleurs!

Repost 0
Published by Robin Desbois - dans La station d'épuration
commenter cet article
29 novembre 2010 1 29 /11 /novembre /2010 10:44

.......................…......Il faut une enquête contradictoire    

 

Nous avons appris en trois lignes sans suites et sans explications que la station d'épuration en construction sur le marais avait rencontré un problème de portance au sol, et que la dalle de 70cm devait être doublée et portée à 1mètre 40. (A ce sujet comment un sol qui ne pouvait pas porter 70 cm pourra t-il porter 1m40 ? (Bizarre ! Pour résoudre les problèmes de portance on n'augmente pas l'épaisseur mais la surface!)

D’où un coût supplémentaire de 290.170 euros. C'est sérieux! C'est le prix de deux maisons!

Ces explications trop succinctes ne sont ni suffisantes ni convaincantes surtout quand on pense à d'autres réalisations projetées sur le marais et qu'on voit de l'autre côté de la rivière un silo qui penche et une maison enfoncée dans la boue.

Nous devons exiger une enquête pour éclaircir les causes de cette grave malfaçon et les responsabilités professionnelles et financières. Elle devra en outre garantir la pérennité finale de l'ouvrage.

Voici les questions non exhaustives à poser par une expertise contradictoire :

1-Qui a fait les études préalables ?

2-Quelles sont les conclusions de ces études ?

3-L'entreprise qui a réalisé les travaux a-t-elle respecté les conclusions des études ?

4-Quelle est la raison précise du déficit de portance ?

5-Les matériaux employés pour assurer la portance étaient-ils adaptés ?

6-Qui a imposé la nature et le choix des matériaux ?

7-Les études du sol ont-elles été mal faites ? Il s'agit d'un sol alluvionnaire.

8-A t-on ou non contracté des assurances ?

9-Qui doit payer les 290.000 euros ?

10-Quels sont les responsables légaux ?

11-Le Maire a-t-il pris des garanties suffisantes ?

12-Lesquelles ?

13-Qui est compétent pour juger les faits, déterminer les responsabilités et calculer les dommages.

14-Conclusion: Les pilotis de 9 mètres seulement sont-ils trop courts?

-

Repost 0
Published by Robin Desbois - dans La station d'épuration
commenter cet article
6 novembre 2010 6 06 /11 /novembre /2010 11:41

Vous avez appris que la portance au sol présente des difficultés qui prolongent de 6 mois les travaux qui coûtent 290.000 euros de plus.

Mais on ne vous a pas dit quelle était la nature fondamentale du problème!

Cette construction se fait sur un terrain marécageux et inondable irrigué en permanence par la rivière.

Dans ce cas la seule solution est de piloter des pieux assez profonds pour atteindre le sol  de roche.

Or Monsieur le Maire m'a dit que les pieux utilisés étaient d'une longueur de 9 mètres.

Etaient ils assez longs? Personnellement j'en doute.

Si ce n'est pas le cas, quelle serait l'autre cause?

Une lumière complète et vérifiable est indispensable car des discours politiques ou laconiques ne suffisent pas dans une affaire aussi grave.

D'autant plus que nous avons en toile de fond l'affaire du marais.

Nous attendons une réponse fiable et détaillée.

Repost 0
Published by Robin Desbois - dans La station d'épuration
commenter cet article
3 novembre 2010 3 03 /11 /novembre /2010 12:20

 

Les Malesherbois n'ont pas bénéficié en temps opportun d'informations suffisamment détaillées sur les travaux qui ont nécessité la coupure de la route de Fontainebleau qui a gêné considérablement leurs déplacements et les a surpris. Si les informations ont été faites elles ne sont pas parvenues jusqu'à eux.

Ils savent qu'on construit une nouvelle station d'épuration mais sans en connaître les détails.

Ils viennent d'apprendre que la portance au sol présente des difficultés qui retardent de 6 mois l'achèvement des travaux et augmentent la facture de 290.000euros sans savoir qui va payer.

Ils ont appris que cette surprise est intervenue malgré l'intervention de trois bureaux d'études (plus on est de fous plus on rit). Les études auraient été lancées il y a 12 ans. Le terrain est dans un périmètre classé. Les nouveaux ouvrages ont donc été pensés en accord avec l'Architecte des bâtiments de France en tenant compte des contraintes du sol selon les déclarations de la Mairie.

Ce qui permet très naturellement de douter de la  compétence des intervenants et nous oblige à mettre  absolument tout en question:

 La faisabilité, la constructibilité, la pérennité, le fonctionnement dépendent de la base et la base de tout le reste c'est le sol et ses qualités ou son incompatibilité. Quelle confiance pourrons- nous maintenant accorder à cette réalisation ? Et a ses réalisateurs?

De quelle institution pourrons- nous accepter un label de qualité?

A trois autres bureaux d'études ?

Et c'est nous qui allons payer les dégâts de ces incompétences par des sommes qui génèreront elles mêmes des bénéfices ?

Ne payons- nous pas des assurances ? Les bureaux d'études non plus ?

Les Malesherbois sont intrigués par l'étendue en surface de ces travaux qui vont jusqu'à la baignade. Ils n'ont jamais entendu parler d'une telle étendue. Ils ne connaissent ni les motivations, ni les finalités, ni le coût, ni le montant de leur propre participation financière.

Des bruits courent que la capacité nouvelle de la station correspondrait à une ville de 16000 habitants.

Si c'est vrai, pourquoi ? Il convient de l'expliquer avec précision.

Cette diffusion incomplète ou mal organisée des informations qui concernent chaque habitant inquiète, c'est une carence ou une insuffisance dommageable qu'il conviendrait de corriger.

 

Repost 0
Published by Robin Desbois - dans La station d'épuration
commenter cet article
24 octobre 2010 7 24 /10 /octobre /2010 10:38

                                                   Ou la preuve expérimentale

Un compte rendu de la séance du  Conseil Municipal du 21 Octobre à Malesherbes est paru sur le Journal du 23 Octobre. Je viens de lire le paragraphe suivant :

"La construction de la nouvelle station d'épuration, malgré les trois bureaux d'études consultés, a rencontré un problème de portance au sol, d’où la nécessité de modifications dues aux évolutions techniques du projet. De plus, de nouvelles contraintes ont été imposées par l'architecte des Bâtiments de France. Hervé Gaurat a détaillé le surcoût occasionné (290.472 euros) et annoncé un retard du chantier de 23 semaines)."

Cela veut dire 6 mois. C'est donc très grave et très coûteux.

Volontairement je n'ai que peu parlé des travaux de la Station d'épuration parce que j'ai préféré concentrer mes efforts sur le lotissement dans le marais qui présentait des risques plus directs pour la population et ne pas déranger des techniciens au travail. Mais les problèmes sont liés, et j'ai attiré l'attention sur la maison et le silo qui penchent et la nécessité du pilotage de pilotis d'une profondeur de 20 mètres à plus de 40 mètres, ce à quoi le Maire m'a contredit en affirmant que je disais des bêtises puisque pour la station d'épuration on se contentait de pieux de 9 mètres. Je m'attends à ce que comme d'habitude il affirme qu'il ne m'a jamais dit cela! (Il recherche qui me renseigne? Voila la preuve que c'est tout simplement lui !).

Mais la morale à tirer de cette affaire c'est que sur cette zone dont fait partie le projet de lotissement du marais il y a des problèmes graves de portance au sol !

Alors Monsieur le Maire, puisque les choses sont claires pour tous les Malesherbois, quand allez-vous enfin déclarer que vous vous opposerez à toute construction sur le site du Marais?  

 

Repost 0
Published by Robin Desbois - dans La station d'épuration
commenter cet article

Présentation

  • : Malesherbes-union
  • Malesherbes-union
  • : Ce blog a été créé par un résistant authentique qui réfléchit sur les problèmes actuels et travaille pour améliorer la gestion locale et faire avancer les idées sur les questions économiques générales.
  • Contact

Recherche

Liens