Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 octobre 2011 2 18 /10 /octobre /2011 15:57

                                                           Le Maire et le Négociant

 Un jour un riche négociant a acheté une belle propriété dans une ville de province et les habitants de la ville se sont réjouis de voir cette propriété inoccupée acquise par une personne avec sa famille qui entretiendrait cette magnifique demeure et son parc parce qu’elle était un beau fleuron dans la ville. Mais elle a été laissée à l’abandon par l’acheteur. Finalement elle ne l’intéressait pas. Il l’avait achetée uniquement parce qu’elle était prolongée par un immense espace libre de construction. Il était libre de constructions parce depuis des siècles de père en fils on savait qu’il n’était pas possible de construire sur cet ancien marais inondable, glaiseux et qu’on ne pouvait le traverser que parce qu’on y avait creusé des noues qui asséchaient la terre en surface. Il n’était bon que pour faire des pâtures et des jardins c’est d’ailleurs pour cela qu’on avait appelé la dernière rue de la ville en bordure de ce marais : la Rue des Jardins.

Mais notre négociant n’avait acheté cette belle propriété que pour faire une bonne affaire en construisant sur ce terrain qui ne lui coûtait rien des maisons qu’il vendrait un bon prix. Il connaissait bien les affairistes de l’endroit et un agent immobilier avait été élu Bourgmestre. Ils pouvaient parler le même langage. Le Maire lui a assuré qu’il signerait des permis de construire s’ils lui étaient présentés et pour l’aider dans son entreprise il a supprimé la possibilité de construire dans la partie haute de la ville et fait porter son effort de construction sur le bas de la ville où les seules terres libres étaient le marais drainé. Entre temps on avait consulté un Mage, maître des eaux, qui avait assuré au bon peuple qu’il n’y aurait plus d’inondations et que s’il y en avait ce serait moins souvent parce qu’il avait fait des incantations et dessiné un plan que le ciel devait respecter, il ne pouvait plus y avoir d’eau sur les parties blanches de son dessin et que s’il y en avait ce serait une inattention du ciel.

Le négociant était influent et ami avec l’Intendant de la Province, son projet a été approuvé par les administrations et il a construit un nouveau quartier.

 

Cette fable de Févrial a été écrite il y a 600 ans. Depuis les choses ont changé : Toutes les maisons ont été englouties et reposent au fond de la vase sur un sol de glaise par 20 ou 40 mètres de fond. Et un Maire et un Promoteur ont considéré très astucieusement qu’elles constitueraient une bonne assise pour des nouvelles constructions.

 

  

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Malesherbes-union
  • : Ce blog a été créé par un résistant authentique qui réfléchit sur les problèmes actuels et travaille pour améliorer la gestion locale et faire avancer les idées sur les questions économiques générales.
  • Contact

Recherche

Liens