Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 octobre 2009 5 16 /10 /octobre /2009 11:59

                                                        ou

                                  Les abus de pouvoir politique

 

Nous plongeons bizarrement dans une crise de puritanisme sous l'impulsion des politiques alors que le sexe sous toutes ses formes et toutes ses expressions est exposé partout : sur les écrans, sur le web, dans la littérature, dans les revues illustrées et que la licence est devenue banale, que des sites pornos et de rencontres existent sur la toile.

Les artistes, les maires de capitales, certains députés, des politiques du plus haut rang  affichent leur sexualité. Le premier ministre d'Italie, Berlusconi remplit la chronique avec ses frasques dans les soirées fines et coûteuses qu'il organise et finance.

Frédéric Mitterrand a écrit, il y a quatre ans, un essai de moeurs à prétention littéraire, dont le sujet et le mode d'expression sont discutables. Il emploie la première personne, ce qui n'était pas nécessaire, et de s'être mis en scène déchaîne, contre lui l'opprobre et la vindicte quatre ans après la publication qui pourtant a été saluée par certains (les mêmes parfois) lors de sa publication.(Je n'en faisais pas partie). Il n'y a pas de plainte déposée contre lui. Alors ? Les attaques qui lui sont portées n'ont pas de sens.

Il ne se serait rien passé s'il n'avait pas pris position pour défendre Roman Polanski qui venait d'être arrêté en Suisse en vertu d'un mandat international délivré par les USA pour avoir violé une fillette de 13 ans, il y a 31 ans.

Qu'il y ait si longtemps n'est pas une excuse, cela démontre qu'il a su rester en cavale sans se faire prendre pendant tout ce temps et échapper à l'impôt en s'installant en Suisse. A la limite on pourrait admettre que la peine soit adoucie parce que la victime aurait pardonné en étant peut-être dédommagée entre temps.

Qu'il soit un cinéaste connu n'est pas une circonstance atténuante, je dirais même au contraire, car une personnalité publique doit être irréprochable pour être un exemple respectable en raison de sa notoriété.

Un ministre de la culture ne doit pas s'interposer entre la justice et le coupable sous le prétexte qu'il est un artiste connu, c'est une faute. Un ouvrier anonyme serait donc condamné durement parce qu'il ne bénéficierait pas de la même intervention ? Où allons nous ?

Il s'agit d'une des formes des abus de pouvoir politique et de l'ingérence du pouvoir politique dans l'exercice de la justice, j'en sais personnellement quelque chose. N'est-ce pas Messieurs du Réseau Gabion?

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Malesherbes-union
  • : Ce blog a été créé par un résistant authentique qui réfléchit sur les problèmes actuels et travaille pour améliorer la gestion locale et faire avancer les idées sur les questions économiques générales.
  • Contact

Recherche

Liens