Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 juillet 2013 6 13 /07 /juillet /2013 09:51

Depuis la Résistance et la Guerre, j'ai appris et expérimenté les méthodes de la guerre subversive. En préambule, il faut savoir que la guerre subversive a pour objectif la conquête des esprits.

La méthode a été perfectionnée et emploie maintenant tous les moyens disponibles.

Les méthodes subversives, naguère réservées à des buts militaires, ont maintenant été étendues à toutes les activités où il y a des objectifs à conquérir avec profits.

Tous les vecteurs de communication sont inclus dans les moyens.

Quand il y a des intérêts en jeu il faut analyser les moyens employés pour se rallier les esprits et obtenir une approbation et un soutien.

Je vous propose d'analyser le montage de l'affaire de construction sur le marais de Malesherbes.

En premier lieu il faut constater qu'il y a une lacune dans le règlement pour l'adoption d'un PLU (plan d'occupation des sols).

Un maire fait entrer un site dans un PLU sans avoir l'obligation de faire analyser si la structure des sols permet de recevoir des constructions en élévation ce qui permet ensuite toutes les dérives d'autant plus que les terrains reçoivent le qualificatif de constructible qui est un qualificatif purement administratif sans aucune valeur de qualité pour une construction éventuelle uniquement parce qu'il est inscrit sur le PLU!

C'est déjà le premier faux-semblant qui trompe la population qui est persuadée qu'on peut construire en toute sécurité puisque le Maire l'a dit! Mais cela n'est pas vrai!

La méthode subversive consiste ensuite à détourner l'attention de la population de la structure du terrain en la reportant sur les inondations éventuelles et en tentant de démontrer qu'elles n'atteignent pas les secteurs visés.

C'est alors qu'intervient le PPRI avec des conférences, des brochures, des invitations et qui propose des théories qui ne coïncident pas forcément avec les constatations des populations, les archives et les photographies.

Et tout le monde oublie que la surface recouvre une couche de boue argileuse inondée épaisse de 20 mètres à 40 mètres.

On s'arrange ensuite pour camoufler les analyses précédentes, particulièrement celle du parking de la rue des Jardins qui est mitoyen, et qui concluaient qu'on ne pouvait pas sur ce site ériger des constructions en élévation.

C'est cela les méthodes subversives et c'est le traitement auquel vous avez été soumis.

Mon analyse est claire, compréhensible et vérifiable.

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Malesherbes-union
  • : Ce blog a été créé par un résistant authentique qui réfléchit sur les problèmes actuels et travaille pour améliorer la gestion locale et faire avancer les idées sur les questions économiques générales.
  • Contact

Recherche

Liens