Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 février 2012 4 02 /02 /février /2012 19:20

L'expansion par la conquête a toujours été la pensée obsessionnelle des nations et surtout de leurs gouvernants. Le seigneur d'une province a toujours cherché le moyen de conquérir la province voisine. Puis le territoire national. Puis l'état voisin Et le potentat devenu fou d'avidité et de gloire veut conquérir le monde!

Disons depuis 50 siècles, les moyens pour y parvenir étaient fondés sur la force des tribus, puis des armées levées par des nations qui allaient conquérir par la force des territoires pour profiter de leurs richesses.

Depuis un siècle ou deux, les moyens stratégiques devenus obsolètes sont encore en place, mais ils se sont tellement sophistiqués qu'ils s'annulent en raison de leurs moyens respectifs de destruction.

Mais la passion ou la nécessité de l'expansion demeure.

Elle a mis au point des forces invisibles qui utilisent des procédés transfrontières qui n'ont plus besoin des armes pour pénétrer dans un pays afin de soutirer ses richesses à son profit.

Les forces armées classiques ou sophistiquées sont obsolètes dans ces combats modernes qui ne font pas couler le sang mais captent des profits et des propriétés de production et de conception.

Ces forces invisibles, anarchiques ou planifiées, qui sont spécialistes des raids d'incursions retraits et des opérations de capture ont une appellation abstraite "Finances". Elles sont capables en une seconde d'appliquer leur puissance à l'autre bout du monde. Les états, qui sont minés par des forces démagogiques ou qui n'ont pas compris, sont leurs proies de prédilection parce que ces états affaiblis n'ont plus les ressources combatives nécessaires pour réagir et tombent comme des fruits murs, pour reprendre la formule de Mao.

Pour conserver leur libre arbitre, les gouvernements qui ont compris ont le devoir d'organiser des forces financières de défense du même ordre pour combattre les délocalisations et pour être ensuite capables d'opérer la contre attaque.

Ce n'est pas par hasard si la France perd sa richesse industrielle par la capture de ses moyens de production qui sont une des conditions de son libre arbitre et de sa richesse collective.

Posséder la bombe atomique n'est plus en l'occurrence un parapluie universel.

Cette puissance finalement subversive qui est capable de s'infiltrer partout comme une inondation qui mine les fondations est capable de capturer la capacité économique d'une nation et de transformer son territoire en site touristique. Voyez la Grèce!

Elle peut a contrario transférer les capacités sur un territoire qu'elle domine politiquement.

C'est la traduction moderne de la guerre subversive dont les phases ont été codifiées par Mao Tsé Tung. Des chefs de nations, fin stratèges, je pense à la Chine nourrie par la vision de Mao, ont pris le contrôle de cette compétition (guerre?) moderne.

La Chine a transformé en débiteurs les Etats-Unis et pourra les obliger à partager avec elle leur puissance sur le monde. C'est l'Afrique qu'elle vise en premier. Alors l'Europe les dérange tous les deux à des titres différents et explique les actuelles difficultés de l'Euro. La ruse héréditaire des Anglais leur permet de jouer provisoirement sur les trois tableaux et ils trahiront l'Europe ou les autres au profit de la fière Albion quand ils estimeront que c'est leur intérêt.

Que conclure de tout cela?

Tout d'abord qu'attaquer "La Finance" par des slogans politiques c'est inutile et improductif. Le pouvoir exécutif doit au plan national en prendre le contrôle stratégique pour utiliser sa puissance au profit de l'intérêt général de la nation qui passe prioritairement par l'épanouissement de sa puissance industrielle qu'il faut reconstituer. C'est urgent.

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Malesherbes-union
  • : Ce blog a été créé par un résistant authentique qui réfléchit sur les problèmes actuels et travaille pour améliorer la gestion locale et faire avancer les idées sur les questions économiques générales.
  • Contact

Recherche

Liens